Atem souffle ses 30 bougies en 2020 : la parole au groupe SAFRAN !

Atem souffle ses 30 bougies en 2020 : la parole au groupe SAFRAN !

A l’occasion de ses 30 ans, Atem est allé à la rencontre, toujours en virtuel, d’Olivier Perrault, acheteur dans le groupe SAFRAN, qui a eu l’amabilité de se prêter au jeu du témoignage pour revenir sur les relations qu’ils avaient pu développer avec Atem dans le cadre du programme PATROLLER. Nous le remercions vivement pour le temps qu’il a bien voulu nous consacrer malgré le fait qu’aujourd’hui Olivier travaille dans une division du groupe SAFRAN qui ne travaille pas avec Atem (SAFRAN Landing Systems).

1. Pourriez-vous nous présenter votre activité ?
A l’époque quand j’étais chez SAFRAN Electronics & Defense, j’étais en charge des achats commodité pour tout ce qui était harnais et connectique dans le secteur de la Défense. Ce qui m’a amené à travailler avec Atem sur le programme PATROLLER. Je suis aujourd’hui chez SAFRAN Landing Systems en tant que Responsable Achat Programme sur les projets en lien avec le train d’atterrissage (roues, systèmes de freinage, équipements hydrauliques…).

2. Depuis combien de temps et sur quel(s) sujet(s) travaillez-vous avec Atem ?
Avec Atem nous avons commencé à travailler en 2018, à travers l’appel d’offre sur le programme PATROLLER. Nous sommes partis en amont des besoins exprimés par le bureau d’études, pour mettre en place le package de l’appel d’offre et ainsi produire les premiers prototypes « pré-série ». Quand je suis parti, nous étions sur le point de lancer la série.

3. Comment avez-vous identifié la compétence d’Atem pour répondre à vos besoins et pourquoi l’avez-vous sélectionnée ?
Par rapport à Atem, nous avions une connaissance des fournisseurs au travers d’une expérience antérieure qui était le programme SPERWER, la précédente génération de drone tactique pour les forces armées françaises. Atem était déjà un fournisseur de ce programme. Même si je n’étais pas présent à cette époque, il y avait déjà une proximité entre nos 2 sociétés particulièrement sur le domaine du câblage coaxial ; domaine dont j’avais la charge en tant qu’Acheteur pour le nouveau programme PATROLLER. Nous avions identifié Atem comme fournisseur potentiel, bien que la relation était en veille, compte tenu de la fin du programme SPERWER. Nous attendions des sujets concrets pour relancer les échanges, ce que nous n’avons pas manqué de faire lorsqu’il a fallu trouver des partenaires pour le nouveau drone PATROLLER. Atem a répondu favorablement à l’appel d’offre que nous avions lancé avec une proposition intéressante, ce qui nous a permis au final de les sélectionner.

4. Quel bilan tirez-vous de ce partenariat ?
Je retiens de ce partenariat beaucoup de positif. Nous étions venus visiter la société, ce qui avait permis d’actualiser la vision qu’on avait à l’époque du SPERWER et le besoin sur le PATROLLER qui est un drone de nouvelle génération bien supérieur dans ses capacités à son prédécesseur. Nous avions retenu de cette visite qu’Atem est une petite société en pleine expansion dans le domaine des câbles coaxiaux, dotée d’un réel savoir-faire en la matière et que vous méritiez pleinement de vous positionner par rapport à notre besoin puisque vous répondiez favorablement à nos attentes. Une forte implication, une volonté d’accompagner le client techniquement dans les phases de R&D et de participer ainsi au plus tôt à la définition technique de la solution ; avec toujours un enthousiasme et une technicité très appréciée de nos équipes. Nous avions estimé à l’époque qu’il y avait besoin de vous accompagner sur la partie industrielle pour laquelle vous étiez très volontaires, mais non rôdés aux standards et exigences fixés par SAFRAN. Vous avez su collectivement vous mobiliser pour vous améliorer et avec notre accompagnement, vous avez su répondre correctement à nos attentes, ce qui a visiblement permis de vous sélectionner sur la série et c’est tant mieux ! Lors des audits, nous avions convenu que vous aviez les capacités de progresser et que vous aviez les compétences techniques pour répondre à nos enjeux. Je me réjouis de voir ce partenariat aujourd’hui confirmé pour la phase série du PATROLLER.

5. Connaissez-vous les autres expertises/savoir-faire d’ATEM (en matière de sécurisation de site, connectivité en milieux complexes...) ?
A l’époque J’étais plutôt en charge du panel des fournisseurs de liaisons coaxiales hyperfréquences dans lequel ATEM était référencée. Je connaissais peu les autres compétences potentielles de la société ATEM. Vous disposez d’une forte maîtrise technique dans le domaine HF qui est très appréciable et recherchée par SAFRAN ED. Votre réactivité, votre flexibilité et votre envie d’aller de l’avant en répondant aux attentes de vos clients ; vous le tenez de votre statut PME et c’est très bien nous en avons besoin ! Vous êtes aussi très pointus techniquement, il y a un vrai savoir-faire et nous avons pu rentrer sans difficulté dans des discussions techniques très poussées. C’était très appréciable pour les phases de développement. En revanche, c’est ce que je disais tout à l’heure, vous deviez progresser sur le plan industriel, ce qui n’était pas illogique compte tenu de votre statut de PME. Vous n’aviez pas nécessairement l’expérience et aujourd’hui on a de grands groupes qui vous demandent de vous conformer à tout un tas de processus et de remplir des documents rentrant dans leur processus qualité. Ce sont des exigences qui varient en fonction de vos clients ; le groupe SAFRAN est assez exigeant sur cet aspect et nous avions noté très tôt que c’était un point crucial qu’il fallait traiter ensemble si nous souhaitions pouvoir collaborer ensemble sur le programme PATROLLER jusqu’à la phase série de l’appel d’offre. C’était une des seules réticences que nous avions lorsque nous avions engagé les discussions avec vous, mais nous avons choisi de vous accompagner et de vous aider à progresser pour continuer à travailler avec vous. Force est de constater que nos efforts ont porté leur fruit et que vous avez réussi à répondre à l’ensemble de nos exigences nous permettant de finalement vous sélectionner.

6. Envisagez-vous d’autres collaborations avec l'entreprise ? Si oui sur quel(s) sujet(s) ?
Compte tenu de ma nouvelle entité et de votre savoir-faire, il y a peu de chance que nous travaillons ensemble de nouveau, sauf cas particulier que j’ignore à ce stade. Cependant, je n’hésiterai pas à faire tout mon possible pour retravailler avec Atem si un jour je revenais sur un périmètre d’activités correspondant au savoir-faire d’Atem.

7. Actuellement sur quels sujets, êtes-vous à la recherche de solutions ? Est-ce que vous pourriez solliciter Atem pour répondre en partie à vos problématiques ?
En principe non-compte tenu des activités de SAFRAN Landing Systems. Toutefois, si on me pose en interne du groupe SAFRAN des questions sur Atem, je recommanderai sans hésiter de travailler avec vous sur votre domaine d’expertise.

8. Atem fête ses 30 ans cette année, que souhaitez-vous à l’entreprise pour la suite ?
Évidement je ne vous souhaite que du bien, plein de réussite et que ça fonctionne comme vous l’espérez, malgré les conditions actuelles de crise sanitaire qui ne sont pas évidentes notamment pour les structures de petite et moyenne dimension. Je vous souhaite de surmonter la crise qui risque d’être très profonde pour le secteur de l’aéronautique, même si vous ne travaillez pas uniquement dans ce domaine. Je souhaite que vous réussissiez à surmonter les difficultés économiques que rencontrent notre pays dans le milieu industriel et que vous arriverez tout de même à briller dans votre domaine de compétence. J’espère vous retrouver avec plaisir lors de prochains salons dans de bonnes conditions. Je vous souhaite le plus de réussite possible ! Réussite que vous méritez et qui est tout à fait justifiée, puisque vous avez toutes les compétences requises dans votre domaine d’activité pour répondre favorablement à des besoins RF sur des systèmes embarqués notamment ou des bancs de test. Vous êtes présent dans votre segment et vous êtes un acteur à part entière, vous devez en être pleinement conscients et continuer à le revendiquer fièrement.

Interview réalisé le 5/05/20