ATEM souffle ses 30 bougies en 2020 : la parole à l'ONERA !

onera

A l’occasion de ses 30 ans, ATEM a demandé à Rémi Baqué, ingénieur radar de l’ONERA, de bien vouloir répondre à quelque questions sur les relations entre l’ONERA et ATEM. Nous le remercions vivement pour l’interview qu’il nous a accordé et pour sa confiance.

1. Pourriez-vous nous présenter votre activité ? 
Je fais partie de l’ONERA, qui est un établissement public de recherche pour l’aéronautique et l’aérospatial et pour ma part je suis dans une équipe qui étudie, conçoit et développe des systèmes radar aéroportés. Je suis responsable de projet radar embarqué.

2. Depuis combien de temps et sur quel(s) sujet(s) travaillez-vous avec ATEM ? 
De 2003 à 2006 j’étais apprenti et c’est mon tuteur qui m’a fait découvrir ATEM, puisqu’il avait fait intervenir ATEM sur un projet de réalisation de cordons sur aéronef, et nous avions besoin de cordons très précis et appairés en phase. C’est ainsi que j’ai découvert ATEM personnellement.

3. Comment avez-vous identifié la compétence d’Atem pour répondre à vos besoins et pourquoi l’avez-vous sélectionnée ?
J`ai identifié la compétence avec mon tuteur quand j’étais en formation par alternance qui m’avait confié que selon lui le leader sur les câbles de haute performance était la société ATEM. Cela s’est confirmé par la suite au gré des différentes prestations réalisées ensemble.

4. Quel bilan tirez-vous de ce partenariat ?
C’est très positif car on a toujours été très satisfait de la réalisation technique mais aussi et même surtout de la relation partenariale, notamment avec Michel Savarino qui est le chargé d’affaire ATEM en charge du compte ONERA. Les échanges sont de grande qualité à la fois technique et humaine et surtout sont transparents, ce qui est très important pour un organisme de recherche comme le nôtre. Nous avons ainsi développé une véritable relation partenariale.
Pour préciser, nous avons essayé d`élargir le périmètre d’ATEM vers de l’intégration de sous-ensembles HF qui comprend la réalisation de cordons mais plus largement l’intégration de composants HF dans des coffrets via des cordons coax en confiant à ATEM petit à petit la réalisation complète des coffrets. Même si les projets sont complexes et sortent très largement ATEM de sa zone de confort, leurs prestations continuent de s’améliorer. La société progresse à la fois techniquement et sur le management de projets, ce qui est une très bonne chose pour nos besoins d’intégrations futures. Nous avons en parallèle essayé d’autres fournisseurs, mais nous en sommes moins satisfaits à la fois sur les plans technique et humain. Nous sommes tout à fait enclins à continuer à faire confiance à ATEM et les pousser sur des intégrations de plus en plus complexes dans le futur.

5. Connaissez-vous les autres expertises/savoir-faire d’ATEM ( en matière de 
sécurisation de site, connectivité en milieux complexes...) ? 
Un petit peu parce que j’ai l’occasion de venir chez ATEM de temps en temps et donc eu des visites. A part l’aspect intégration qui est pour nous un aspect nouveau dans les relations de travail avec ATEM. Nous sommes moins concernés par les autres aspects. Concernant les projets de radar, Je suis au courant qu’ATEM souhaite aller vers le développement d’un radar ou de briques importantes constituant un nouveau radar. Cependant, nous ne sommes pas intéressés par l’achat de produits sur étagère car notre rôle est de faire de la recherche justement sur ces technologies. Nous pouvons en revanche aider ATEM dans ses projets de recherche sur le sujet. Nous sommes, de plus, intéressés par l’écosystème autour du radar. C’est un petit monde et c’est important pour nous d’avoir un aperçu des travaux qui se font dans le domaine. Nous continuerons à suivre et je suis intéressé pour avoir des présentations de ce que fait ou compte faire ATEM sur le sujet.

6. Envisagez-vous d’autres collaborations avec l'entreprise ? Si oui sur quel(s) sujet(s) ? 
Oui de toute façon ATEM est un prestataire habituel auquel on fait appel quasiment systématiquement quand il y a des cordons hyperfréquence à réaliser. En plus avec leur proximité géographique c’est encore plus simple pour nous ! Et puis si nous avons des intégrations, nous allons bien observer comment celles-ci se déroulent avec eux. Cela a l’air de bien se passer et par conséquent je pense que s’il y’a d’autres intégrations complexes de tiroir radar ou de boitier nous consulterons de nouveau ATEM sans la moindre hésitation.

7. Actuellement sur quels sujets, êtes-vous à la recherche de solutions ? Est-ce que vous pourriez solliciter ATEM pour répondre en partie à vos problématiques ? 
On passe notre temps à faire de la recherche et donc rechercher la meilleure solution sur de nombreux projets. A court terme, nous allons développer une nouvelle charge utile radar qui doit être de forte puissance avec une antenne mobile, aéroportée et motorisée. Nous allons avoir besoin d’étudier une solution pour transmettre la forte puissance sur l’antenne en mouvement. Nous pensons à du guide d’onde, ce qui est peut-être nouveau pour ATEM, soit du guide d’onde avec des joints tournants, soit un câble qui supporte la puissance mais qui doit être suffisamment flexible pour suivre les mouvements de l’antenne, soit un câble avec des joints tournants. Nous allons avoir une étude à réaliser. Sur ce nouveau sujet, il serait sans doute intéressant de consulter ATEM.

8. ATEM fête ses 30 ans cette année, que souhaitez-vous à l’entreprise pour la suite ? 
J’espère qu’ils vont continuer à garder ce niveau d’expertise. Ils sont pour nous les meilleurs dans leur métier principal (réalisation de cordons coaxiaux très performants). J’espère qu’ATEM réussira à développer leur ambition plus niveau système. Cette idée de produit est ainsi une bonne idée qui va donner à la société une compétence plus générale et donc j’espère que cela va fonctionner. Nous comptons pouvoir compter sur le partenariat avec ATEM encore pour de très nombreuses années.

Interview réalisé le 05/05/20